Energy innovators banner

L’ouest de Terre-Neuve, valeur sûre pour l’investissement dans l’énergie éolienne marine

Génération Énergie brosse le portrait de différents acteurs du secteur de l’énergie en vue de comprendre comment ils mettent l’innovation et la technologie au service d’un avenir sobre en carbone.

L’avenir de l’énergie éolienne à Terre-Neuve-et-Labrador

« L’avenir de l’énergie éolienne marine, c’est tout de suite, soutient Kirby Mercer, PDG de Beothuk Energy Inc. Il y aura un virage majeur dans cinq à dix ans, alors que beaucoup de sociétés pétrolières et gazières investiront dans l’énergie éolienne marine et les énergies renouvelables. C’est une industrie pour une nouvelle ère. C’est l’avenir, mais c’est également déjà ici. »

Des entrepreneurs comme Kirby Mercer s’activent pour promouvoir le changement et faire en sorte que le Canada dispose d’une énergie verte fiable et abordable. Le PDG de Beothuk Energy veut construire un parc éolien marin d’un milliard de dollars dans l’ouest de Terre-Neuve afin d’aider à répondre à la demande d’énergie propre, en croissance dans le Canada atlantique et l’est des États-Unis.

Grâce à son vent constant et à ses eaux peu profondes qui simplifient l’installation des éoliennes, l’ouest de Terre-Neuve se prête particulièrement bien à la production d’énergie éolienne. Le site de fabrication d’éoliennes annoncé récemment dans le port de Corner Brook convient parfaitement aussi à la construction de structures gravitaires, justement à cause de ses eaux peu profondes.

« L’ouest de Terre-Neuve est un endroit idéal où exploiter l’énergie éolienne marine, en raison du milieu naturel, des infrastructures en place et de l’expertise en génie qu’on y trouve,» selon M. Mercer.

un parc éolien marin dans de Baie de Fundy
un parc éolien marin dans de Baie de Fundy

Comment imaginez-vous l’évolution du paysage énergétique canadien?

« Le modèle d’affaires des services publics est désuet depuis des dizaines d’années. Les méthodes et les chiffres qui figurent au bilan ne sont pas viables. Certaines de ces entreprises ont investi dans de vieilles technologies polluantes.

« L’est des États-Unis s’attend à consommer approximativement 86 gigawatts d’énergie éolienne d’ici 2050, et le Canada atlantique est bien placé pour les lui fournir. Avec des États comme le Massachusetts qui se tournent résolument vers une économie verte, Terre-Neuve pourrait devenir un important fournisseur de cette énergie, pour le plus grand bien de son économie. »

Comment votre travail influe-t-il sur ce changement?

Beothuk Energy, à l’instar d’autres producteurs d’énergie renouvelable, influence les politiques gouvernementales.

Notre travail est reconnu sur la scène internationale. Certaines de nos propositions influencent les politiques gouvernementales sur la mise en valeur de l’énergie marémotrice et de l’énergie éolienne marine.

« Les gouvernements fédéral et provinciaux ont établi dernièrement des politiques qui font davantage place aux énergies renouvelables, et ce, pour plusieurs raisons. Étant donné la mise en place imminente d’un régime de tarification du carbone et la nécessité d’abandonner la production d’électricité au charbon dans certaines régions de l’Atlantique, l’énergie éolienne nous donnera les moyens de renouveler notre bouquet énergétique. »

Quelle est votre vision de l’avenir énergétique du Canada?

Kirby Mercer entrevoit un avenir où le transport et le stockage de l’électricité au Canada constitueront une préoccupation majeure et où les collectivités voudront pouvoir produire leur propre énergie renouvelable.

« Il y aura des mouvements communautaires en faveur de l’énergie verte. Des collectivités voudront produire de l’énergie renouvelable, tout comme des entreprises telles Amazon et Google qui ont aujourd’hui complètement pris le virage vert. »

Energy innovators banner