Innovateurs énergétiques bannière

Des « bollés » s’unissent pour lutter contre les changements climatiques : Les sociétés d’exploitation des sables bitumineux ouvrent la voie

De plus en plus de gens réclament des sources d’énergie sans incidence sur le climat. Les organismes de réglementation demandent aux sociétés du secteur de l’énergie de réduire leurs émissions. Ainsi change le paysage énergétique canadien. Au vu de cette transition, Génération Énergie présente ici des membres du secteur de l’énergie qui misent sur l’innovation et la technologie pour ouvrir la voie vers un avenir sobre en carbone.

Des bollés changent les règles du jeu

Anamika Mukherjee
Anamika Mukherjee Spécialiste des gaz à effet de serre chez Cenovus Energy et représentante en énergie à la COSIA.

Une « bollée des GES », comme elle le dit elle-même, Anamika Mukherhee a fait ses preuves dans le domaine des énergies propres.

Spécialiste de la coopération dans les technologies et les stratégies de réduction des émissions de gaz à effet de serre chez Cenovus Energy, une pétrolière basée à Calgary, elle s’est distinguée par sa contribution à la lutte mondiale contre le changement climatique.

« Je suis fière de contribuer au travail qui est accompli dans ce domaine et de chercher des façons de produire le pétrole de la manière la plus efficace possible tout en en réduisant les répercussions sur le climat », dit-elle.

Cenovus s’est engagée à réduire du tiers les émissions de gaz à effet de serre par baril associées à ses activités en amont d’ici à 2026. Cette réduction s’ajoute à la réduction du tiers des émissions de ses activités d’exploitation des sables bitumineux qu’elle a réalisée depuis 2004.

« Nous visons ultimement à éliminer les émissions de carbone, depuis les activités de production jusqu’à l’utilisation finale de notre pétrole, là où résident les possibilités les plus importantes. Mais nous n’y travaillons pas seuls », explique-t-elle.

Cenovus fait appel à des esprits brillants de partout dans le monde, universitaires, entrepreneurs, pairs de l’industrie et représentants des pouvoirs publics, afin de résoudre l’équation entre la demande croissante d’énergie et l’élimination des émissions de GES d’un bout à l’autre de la chaîne de valeur : des puits de pétrole au transport et du raffinage à l’utilisation finale.

« Nous vivons à une époque où les populations, soucieuses d’un avenir énergétique plus propre, réclament des réponses de la part des producteurs d’énergie. Aussi, si nous souhaitons que notre industrie demeure viable, nous devons participer à la création de cet avenir énergétique. »

Collaboration au sein de la COSIA

Mme Mukherjee représente Cenovus au sein de la COSIA (Canada’s Oil Sands Innovation Alliance). Elle fait partie d’une équipe chargée de trouver des moyens de réduire ou d’éliminer les émissions produites par les activités d’exploitation des sables bitumineux. La COSIA est une alliance d’exploitants des sables bitumineux dont la collaboration et les échanges de technologies et d’innovations prennent une ampleur inédite. L’objectif est d’accélérer l’amélioration de la performance environnementale.

Les membres de cette alliance ont l’ambition commune de résoudre le problème de l’empreinte carbonique et recherchent des moyens de prévenir, de réduire ou de gérer les émissions de GES grâce aux avancées technologiques. En plus de travailler à relever le défi des GES, les membres de l’alliance cherchent à améliorer la performance environnementale de l’industrie sur le plan de la gestion des résidus miniers, des terres et des eaux.

L’un des projets de la COSIA auxquels participe Mme Mukherjee examine lagg possibilité d’utiliser une technologie de pile à combustible à carbonate fondu qui recueille le dioxyde de carbone (CO2) produit par un générateur de vapeur afin de produire de l’électricité. Celle-ci est produite pratiquement sans émissions, le CO2 étant capté et séquestré.

« Notre participation à la COSIA constitue pour nous une occasion sans précédent d’améliorer encore plus rapidement la performance environnementale de l’industrie, puisqu’il est ainsi beaucoup plus facile de collaborer avec nos pairs », explique-t-elle.

« C’est le type d’idée qu’il est impossible de réaliser seul et qui nécessite la collaboration. C’est exactement ce que la COSIA réussit à faire. Nous ne nous contentons pas de discuter les uns avec les autres; nous sollicitons de l’aide à l’échelle internationale afin de recueillir le plus d’information possible. »

La collaboration crée une relation mutuellement bénéfique

La COSIA, par la collaboration et l’innovation, cherche à accélérer les progrès des sociétés d’exploitation des sables bitumineux au Canada au chapitre de la performance environnementale.

L’alliance s’est constituée en 2012. Des représentants des plus grandes sociétés canadiennes d’exploitation des sables bitumineux, réunis à Calgary, ont alors signé la charte de la COSIA, qui les appellent à se poser régulièrement la question « Faisons-nous de notre mieux? » Ils ont jugé que la collaboration était le modèle à privilégier pour améliorer la performance environnementale. La force de la COSIA réside dans le fait qu’elle peut s’attaquer à des problèmes qui peuvent être trop imposants pour une seule société. Les membres reconnaissent qu’en agissant ensemble et en favorisant la coopération et les échanges entre les pouvoirs publics, l’industrie, le milieu universitaire et le public, il est possible d’en faire plus, plus rapidement.

« Les gaz à effet de serre constituent une des priorités de nos sociétés membres, qui prennent leurs émissions de CO2 très au sérieux », déclare Dan Wicklum, directeur en chef de l’alliance.

Dan Wicklum, Directeur en chef, COSIA
Dan Wicklum, Directeur en chef, COSIA

De son côté, Mme Mukherjee affirme : « Comme les émissions de gaz à effet de serre posent de sérieux problèmes pour notre planète, la COSIA a son importance. Plus on aura de brillants esprits travaillant de concert à la recherche de solutions dans le secteur de l’énergie, mieux ce sera pour les prochaines générations. »

« Je crois que les autres industries devraient s’inspirer de nous et essayer ce modèle collaboratif qui, je crois, n’existe nulle part ailleurs », ajoute-t-elle.

Anamika Mukherjee
Anamika Mukherjee Spécialiste des gaz à effet de serre chez Cenovus Energy et représentante de la société à la COSIA dans le dossier environnemental prioritaire des gaz à effet de serre